Mathieu Tazo : un auteur français à New York !

Aurelie Comas Archives 1 Comment

Mathieu Tazo est un jeune écrivain français installé à New York. Il vient de publier « La Dynamique des fluides », aux éditions Daphnis et Chloé en mars dernier. Sa vie à Manhattan, ses bonnes adresses littéraires, ses coups de cœur… Aurélie Comas de Paris New York TV l’a interviewé !

xx

Bonjour Mathieu, depuis combien de temps vis-tu à New York ?
Je vis à New York depuis près de cinq ans,
après avoir vécu à Paris et grandi en Provence. J’ai 37 ans, je suis marié et père d’une petite fille de deux ans. Je viens de publier « La Dynamique des Fluides« , qui raconte l’évolution de frères jumeaux qui, enfants, subissent un grave traumatisme émotionnel. Le roman s’ouvre sur un accident en 1989 : sur le vol 811 d’United Airlines entre Honolulu et Auckland, neuf passagers sont happés par l’ouverture d’une porte à l’avant de l’appareil. Vingt ans plus tard, deux frères rescapés de l’accident mais orphelins depuis, Théodore et Dimitri, se mettent en quête de vérité et d’explication sur le drame de leur enfance. Je me suis demandé s’ils évolueraient de la même manière et garderaient les mêmes cicatrices de leur passé. Et je voulais voir comment deux lignes a priori parallèles pouvaient diverger sous le poids d’événements pourtant identiques.

La ville de New York, a-t-elle d’une manière ou d’une autre, influencé ton écriture ?
C’est à New York que j’ai écrit mon roman et j’ai nécessairement été influencé par ma vie ici. Notamment par l‘attitude décomplexée des New-Yorkais qui aiment entreprendre et créer, avec une confiance en soi et une approche positive qui forcent mon admiration ! Par ailleurs, j’ai situé une partie de l’action aux États Unis, non pas à New York mais dans le Nevada, où vit un des personnages du roman qui est inspiré d’une personne réelle, le pilote d’avion qui a réussi à atterrir en 1989 dans des conditions invraisemblables telles que décrites dans le livre.

Le 11-septembre a-t-il influencé ton travail ?
Je ne pense pas. Cependant j’habite à quinze minutes à pied de Ground Zero et je n’ose imaginer ce qu’ont vécu les New-Yorkais qui vivaient ici, à ce moment-là.

Où écris-tu ? Quels lieux new-yorkais peuvent être « inspirants » pour toi ?
J’écris chez moi principalement car j’ai besoin d’être au calme. Je ne résiste pas très bien aux distractions ! Certains préfèrent écrire dans des cafés, je les admire. Plus que des lieux, les New Yorkais eux-mêmes sont source d’inspiration car tous les styles, comportements et cultures y sont représentés et se mêlent dans une sorte de syncrétisme social intéressant. Pas besoin de voyager pour découvrir la diversité, elle est à New York !

Dans quel quartier habites-tu ? As-tu une ou deux adresses à nous conseiller dans ce quartier ?
Je vis dans le quartier de Soho, dans le sud de Manhattan. Ce quartier ne manque pas de bonnes adresses ! Mais pour en citer deux, je recommanderais d’aller bruncher au Lucky Strike (ambiance très agréable, parfait pour le week-end) et de boire un cocktail au Mulberry Project (pas de menu mais une liste d’ingrédients que l’on choisit pour constituer son propre cocktail).

À New York, comment fais-tu pour concilier vie professionnelle, écriture et vie de famille ?
Il faut avoir la forme, une bonne organisation et aimer ce que l’on fait ! Mon travail en entreprise m’intéresse  [Mathieu Tazo travaille dans le secteur bancaire, NDLR ]et je prends beaucoup de plaisir à écrire mes romans. Quant à ma vie de famille, elle est bien remplie, entre ma femme qui danse au Broadway Dance Center, notre fille qui s’intéresse à tout ce qui est musique, danse et chant et notre envie insatiable de découvrir les États Unis, dès que l’on peut, à l’occasion d’un long week-end ou de nos vacances.

As-tu de bonnes adresses pour les enfants à nous conseiller ?
Il y a, dans Soho, plusieurs bonnes adresses pour les enfants. Tout d’abord, lorsqu’il fait beau, je recommande deux parcs à jeux : Le Vesuvio Playground, sur Thomson Street (avec piscine l’été) et l’Hudson River Park (Pier 25) avec également des jeux d’eau l’été. Par ailleurs, deux librairies sont très bien fournies en livres pour enfants et proposent plusieurs activités que ma fille ne manque jamais : Scholastique (sur Broadway) et Mulberry Street Library.

Toi, où achètes-tu tes livres à New York ? 
J’aime beaucoup la librairie McNally Jackson Books, sur Prince Street, dans le quartier de Nolita. Elle est très complète, l’ambiance y est conviviale et il y a un coin café pour se poser. C’est ici que j’achète mes livres en anglais. Mais elle a aussi une section française bien fournie, tellement bien fournie que mon roman y est disponible ! Les derniers livres que j’y ai achetés sont deux romans de Stefen King : « 22/11/63 » et le roman uchronique sur l’assassinat de JF Kennedy (un homme remonte le temps et va chercher à éviter que cet événement majeur du Xxe siècle ne se produise). Et « Under the dome », épais roman que je me réserve pour cet été.

Quels sont tes auteurs américains préférés ?
J’apprécie plusieurs auteurs américains : Steinbeck, Hemingway, Philip Roth… Dernièrement j’ai lu « La Route », le roman post-apocalyptique et métaphorique de Cormac McCarthy. Je le recommande vivement tant il marie les genres (aventure, initiatique, métaphysique), soutenu par une écriture tellement simple qu’elle en est effrayante. Et puis je lis aussi Stephen King dont j’admire l’imagination et le sens de la narration dans ses romans de science fiction.

Quelles lectures conseilles-tu pour être dans l’ambiance de New York ?
Il y a beaucoup de romans à citer mais en voici deux récents que j’ai bien appréciés et qui dépeignent New York sous d’autres angles que les habituelles cartes postales : « Sunset Park », de Paul Auster (2011) et « New York sous l’occupation » de Jean Le Gall (2013). Ces deux romans se déroulent au moment de la crise financière en 2007-2008 qui a très fortement marqué New York et mettent en scène des personnages dont l’insurrection contre les dérives du monde est plus ou moins mesurée.

Quels sont tes projets aujourd’hui ?
Je suis plongé dans l’écriture de mon second roman qui a pour cadre un village provençal et qui me permettra de poursuivre sur le thème de notre relation au passé et du roman d’enquête. Il est bien avancé et je vous en reparlerai volontiers dès qu’il sera terminé !

« « Le souvenir commence avec la cicatrice » a écrit Alain dans Propos sur l’éducation. « La Dynamique des fluides » traite principalement des cicatrices que l’on porte en soi et de la trace que dessine leur sillon sur notre peau et dans notre âme. Cette cicatrice, apparente ou non, est le point commun des personnages de ce roman. Inconsciemment, leur liberté d’action est entravée par la profondeur de cette cicatrice. »
Mathieu Tazo

« La Dynamique des Fluides »
Un roman d’action et d’apprentissage sur fond d’énigme scientifique et de scandale médiatique…
 L’acheter ? Cliquez-ici


Comments 1

  1. Pingback: Mathieu Tazo : un auteur français à New York ! | Mathieu Tazo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 2 =