LAUREN RUICCI : créatrice de bijoux new-yorkaise

Noélie Viallet Archives Leave a Comment

Ses bijoux sont un statement, des parures qui séduisent Rihanna, Beyoncé, ou Nicki Minaj et les pages de Vogue, l’Officiel et Elle. À l’occasion de son passage à Paris, Lauren Ruicci créatrice de la marque Laruicci explique ses débuts, sa collection, et ses bonnes adresses new-yorkaises. Rencontre !
xx 

Bonjour Lauren, qui êtes-vous ?
xx 

Je m’appelle Lauren Ruicci, je suis d’origine italienne, mais je viens de Detroit, dans le Michigan. Depuis le début, le street-style et la musique de Detroit sont pour moi une grande source d’inspiration. Detroit, c’est aussi la ville de l’automobile, des usines. C’est une ville un peu « dirty » ! Ce qui explique le fait que j’utilise des matériaux très lourds dans mes bijoux.  Mais Laruicci est vraiment née à New York.

Comment votre marque s’est-elle lancée à New York ?
xx 

Tout a commencé en 2009. Mon travail était alors très expérimental, et je fabriquais des bijoux très gros. Je m’amusais beaucoup ! À cette époque, personne ne me connaissait. J’étais complètement libre. Je ne connaissais rien au système des ventes, du marketing, ou de la presse. La seule chose que je savais, c’est que j’aimais ces pièces, qu’elles me parlaient et que je voulais en faire quelque chose. Alors j’ai commencé à acheter du matériel : des perles, du cristal. Je les ai assemblés à ma façon. J’avais une amie, qui en 2009, lançait son agence de presse. Pour elle aussi, c’était vraiment les débuts. Elle a commencé à montrer les petites choses que je faisais aux publicitaires et aux journalistes. Et en juin 2009, mes bijoux se sont retrouvés dans Elle, portés par Chloé Sevigny.  Alors l’attention s’est portée sur ce que je faisais. Ça a lancé ma carrière. Des gens ont commencé à nous appeler pour avoir des bijoux. J’ai su que je devais continuer ! C’était très excitant.

Comment travaillez-vous ? Dessinez-vous les bijoux avant de les créer ?
xx 

Oui, je dessine. Je devrais le faire plus avant de créer mais c’est un peu un luxe ! Je crée plutôt à la main. Les croquis viennent ensuite. Même s’il m’arrive de « sketcher » autour d’une thématique par exemple. Car une grande part de mon inspiration vient de mes voyages. Je voyage dans différents endroits du monde, et j’achète sur place des matériaux. La plupart des perles viennent du « Diamond District » de New York, mais j’achète aussi des perles et des chaînes en Italie, à Shangaï, à Paris… Ensuite, je dois les traiter car ces matériaux ne sont pas portables tels quels. Je les platine. C’est comme ça que j’obtiens ces différentes couleurs : or rose, rhodium, or 18 carats, métal doré, etc. Je suis accro à ces teintes.

Quel est le thème de votre nouvelle collection ?


xx 

Ma collection automne-hiver 2014 faisait partie du défilé Odd de la Fashion Week à New York. Ce qui était drôle c’est que c’était un défilé masculin ! Mais ils ont choisi dans mes bijoux ceux qui allaient le mieux avec leur collection. C’était magnifique.  C’est une collection très inspirée par le Maroc. J’ai imaginé ces bijoux sont comme des trésors que l’on trouve en apercevant un oasis dans le désert ! « Citadelle », « Arabesque », « Marakesh », « Dunes »… ils portent des noms très évocateurs.

Quel est votre rythme de création ?
xx 

Je créée des bijoux tout le temps. Je veux qu’ils soient parfait. Cela prend beaucoup de temps d’avoir les matières premières prêtes. Je dois trouver toutes les pièces détachées. Parfois pour un même bijou, elles viennent de différents pays !

Qui est la femme qui porte Laruicci ?
xx 

Laruicci, c’est un monde en soi. Tout est une histoire de confiance. La femme qui porte mes bijoux (ou les hommes ouverts d’esprit qui les portent également) brille de sa propre lumière. Elle est heureuse, positive.
La personne qui les porte ressent de la confiance en soi. Et cela rend très bien sur les photos. C’est pour cela je pense que les « starlettes » les aiment. Elles ont  besoin d’être remarquées tout en se sentant à l’aise, avec un bijou qui puisse être fonctionnel si elle le portent sur scène. Ces bijoux doivent passer l’épreuve du temps, être solides pour résister aux mouvements sur scène, à la transpiration. Beyoncé a mis les bagues Transformers à tous les doigts, dans tous les sens. C’est bien parce qu’on peut faire exactement comme elle.
Je veux vraiment que les bijoux Laruicci durent toujours, qu’on puisse les garder toute sa vie, pendant des années.

Trouvez-vous qu’il y a une différence entre la femme new-yorkaise et la femme parisienne ?
xx 

C’est très excitant de venir à Paris et de voir toutes ces femmes. C’est encore plus d’inspiration. Je n’arrête pas de regarder dans la rue ce que portent les femmes. C’est quelque chose de complètement libre, et ça se passe juste là, sous vos yeux. Parfois, ça choque ! Et il faut s’en rappeler. Les Française à qui je montre mes bijoux y répondent de manière très positive. Je ne connais pas beaucoup la « femme parisienne », mais toutes les femmes que je connais en France sont ouvertes, si chic et si naturelles ! Pour moi, ce sont elles les parisiennes parfaites. Pour moi tout est étrange ici. Le monde de la nuit, tout le monde est beau ! C’est si inspirant. À New York, tout le monde n’est pas aussi beau. Tout le monde est si élégant et chaleureux avec moi.

Où aimez-vous sortir à New York ? 

xx
J’aime aussi bien aller dans les endroits « fancy » que dans les « dive bars ». J’habite à West Village. C’est vraiment bien d’habiter là. Et c’est souvent là que je sors. Même en semaine, quand on te propose une sortie, tu n’as plus qu’à dire « oui », car c’est la porte à côté ! 

Quels sont vos restaurants préférés à Manhattan ?
xx

The Spotted Pig, un restaurant toujours bondé, avec une jolie foule qui mange des plats « amazing » et des cocktails forts. La seule façon de réserver, c’est de venir en personne à 5 heures de l’après-midi et de demander à ce que son nom soit mis sur la liste, à moins que vous ne connaissiez le patron, en ce ce cas il vous fera entrer. 314 W 11th St New York, NY 10014 b/t Hudson St & Greenwich St in West Village. Métro : Christopher St.

 

La Grenouille est le meilleur restaurant pour ressentir une ambiance « vieille France ». C’est mon spot romantique favori. Entre la lumière rosée et les arrangements floraux, on a toujours l’air beau, car la lumière est magique. 3 E 52nd St New York, NY 10022 Midtown East. Métro 5 Av/52nd St (ligne E).


Quels sont vos prochains projets ? 

xx
Aller à Singapour, à Dubaï et au Brésil. Mes bijoux sont déjà vendus là-bas et ces pays me soutiennent beaucoup. C’est drôle car ils osent encore plus que les New-Yorkais ou les Parisiens porter les pièces les plus fortes des collections.

Où s’offrir les bijoux Laruicci ? 

xx
Les bijoux Laruicci se trouvent à New York
chez : Odd, le nouveau magasin d’avant-garde de New York qu’il faut connaître.  164 Ludlow St New York, NY 10002 b/t Houston St & Stanton St in Lower East Side. Métro 2nd Av (ligne F)

Les bijoux Laruicci se trouvent à Paris chez : Glazed Shop, 20 rue Danièle Casanova, 2e. Métro Pyramides ou Opéra. 
Appelez pour prendre RDV au 01 42 65 10 89 et voir la collection complète. Ou en ligne sur www.glazedshop.com  

Propos recueillis et traduits par Noélie Viallet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 16 =