La ville
INNOVATION CITADINE

LA VILLE DE NEW YORK DIT STOP AUX SACS PLASTIQUES

C’est parti ! À partir du 1er mars 2020, il ne sera plus question de faire ses courses à New York et de revenir les bras chargés de sacs plastiques. Il vous faudra prévoir votre sac en tissu ou en toile, ou demander un sac en papier, lorsque vous faites des courses à l’épicerie ou au marché d’Union Square, par exemple. Le 22 avril,  jour de la Terre (Earth Day), Andrew Cuomo, le gouverneur de New York a signé la loi budgétaire 2020 de l’État de New York incluant l’interdiction des sacs plastiques à usage unique dans tout l’État. Il circule chaque année dans la ville de New York plus de 10 milliards de sacs plastiques « jetables », selon les chiffres du New York State Department of Environmental Conservation. Ces sacs plastique d’un jour représentent 1700 tonnes d’ordures par semaine, rien que pour la ville de New York, qui au delà d’une démarche environnementale, déplore aussi le coût de l’évacuation de ces déchets plastiques dans des décharges hors de l’État (12,5 millions de dollars environ).

Un bon début pour l’environnement mais des exceptions sont au menu : les sacs plastiques pourront toujours être utilisés pour transporter de la nourriture à emporter (to go), emballer de la viande ou des produits frais, ou même pour les vêtements. New York est le 3e État américain (et non pas le deuxième, comme l’ont annoncé plusieurs médias français) après Hawaii et la Californie à adopter cette interdiction des sacs plastiques jetables.

SACS PLASTIQUES : PARIS EN AVANCE SUR NEW YORK

Sur la question des sacs plastique Paris est en avance sur New York ! La loi de transition énergétique de 2015 avait signifié l’interdiction totale des sacs fins en plastique. Depuis le 1er juillet 2016, les sacs plastiques de caisse sont prohibés à Paris, et depuis le 1er janvier 2017, plus aucun commerçant y compris les vendeurs de fruits et légumes sur les marchés n’est autorisé à fournir des sacs plastiques à ses clients. Paris permet et encourage  les sacs biosourcés ou compostables. Preuve que pour une fois, la Ville Lumière est plus innovante que la Ville qui ne dort jamais.

Crédit photo : Mike Petrucci / Martino Pietropoli

Noélie Viallet INNOVATION CITADINE Leave a Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *