3 ✈ Tiphanie Doucet : 32 ans, comédienne dans pièce à Broadway, New York !

Aurelie Comas Archives Leave a Comment

Une française sur les planches à Broadway ! Tiphanie Doucet a un parcours très successfull: actrice, danseuse, chanteuse, elle s’est offert un vrai american dream en jouant du 22 au 31 août sur les planches de Broadway, dans une pièce intitulée Uncle Tom vs Uncle Sam. Et avec l’un des deux rôles principaux en plus ! Si vous partez en voyage à New York, allez la voir ! Cette jeune femme dynamique et ultra motivée répond à nos questions.    

Pourquoi ce départ à New York ?

J’avais une carrière plutôt cool en France : beaucoup de danse, de télé avec la série Chante, de comédies musicales comme Hair. Lorsque j’ai commencé le chant, j’ai rencontré un guitariste avec qui j’ai écrit de la musique. Il rêvait d’aller aux États-Unis, mais moi, curieusement, je n’étais pas super attirée par ce pays malgré le fait que beaucoup de mes collègues danseurs partaient là-bas. Et puis on est partis, on a fait un roadtrip de Nashville à NY, en passant par Memphis et New Orleans. On a vu tellement de musiciens, de talents… j’étais scotchée ! Quelque temps plus tard, on a décidé d’aller 3 mois au Musicians Institute de Los Angeles. Là, j’ai tellement appris, au niveau de la technique vocale et de la musique que je n’ai pas voulu m’arrêter là. Alors, avant de repartir en France, j’ai rempli une candidature pour avoir une bourse et j’ai auditionné dans une école de comédies musicales, AMDA. Deux mois plus tard, je reçois un coup de fil qui m’annonce que je suis reçue avec une bourse de talent qui me paie une bonne partie des études ! C’était très inattendu, mais je ne pouvais pas refuser ! Du jour au lendemain, j’ai tout laissé derrière moi, mon appartement, mon métier, ma famille. J’ai fait la première année à Los Angeles, et la deuxième année à New York. Une fois mon diplôme en poche, je suis restée à NY car j’ai compris que c’était vraiment dans cette ville que je pourrais avoir le plus d’opportunités professionnelles.

Quelles difficultés tu as rencontrées ?As-tu connu de vraies galères ?

Oui ! Mais c’était ce que je cherchais, le challenge ! La principale difficulté a d’abord été le logement. Mais j’ai été très surprise des aides qu’on m’a apportées à LA ou à NY ! Je ne me serais jamais retrouvée à la rue, car là-bas on vous propose de dormir sur le canapé, même si on vous connaît à peine. Autre difficulté : redevenir une élève, après avoir été professionnelle en France. Et puis la discipline est très sévère… Une fois diplômée, il faut en même temps trouver un travail, passer les auditions et prendre des cours. Je ne vais pas mentir, j’ai eu des moments où je pensais que je n’y arriverais jamais ! Une audition peut être une vraie galère : se lever à 6 heures du matin, faire la queue, attendre jusqu’à 15 heures au milieu de 400 autres jeunes, espérer un call back et partir au travail…
Parfois vous recevez à minuit ce coup de fil tant attendu, et on vous demande d’apprendre deux chansons et une scène pour le lendemain matin ! Franchement, chaque fois que j’ai voulu abandonner, j’ai reçu ce coup de fil, et vous vous dites « on n’est plus que 5 filles, j’ai été sélectionnée parmi 400 autres », cela vous porte et vous redonne de l’énergie !

 Tu joues dans une pièce à la rentrée. De quoi s’agit-il ? 

C’est l’histoire de Margaux Pembrook, une française mariée à un noir américain, Shawn Pembrook. Ils veulent un enfant mais ils n’y arrivent pas. Ils parlent d’adoption. Shawn lui avoue qu’il n’adoptera qu’un enfant blanc, pour éviter le racisme qu’il a lui-même subi. Elle va alors découvrir son mari sous un angle totalement inconnu jusque là.

Quel rôle joues-tu ? Comment tu l’as obtenu ?

Je joue le rôle de Margaux Pembrook. J’ai passé le casting il y a plus d’un an. À l’époque, il s’agissait juste d’une lecture publique non rémunérée. L’histoire m’avait séduite, et le fait que ce soit un personnage français était pour moi un gros avantage ! Un jour, le metteur en scène m’a annoncé qu’on allait jouer à Manhattan. Pour moi, c’était une opportunité énorme : avoir un rôle principal et jouer dans une salle de Manhattan, c’était une vraie chance

Jouer en anglais, est-ce difficile ?

Ma mère nous a élevées, ma sœur et moi, en anglais. Elle a vécu longtemps en Irlande, elle nous a toujours parlé en anglais. Adolescentes, on faisait tous les ans des échanges avec des anglaises. Lorsque, plus tard, j’ai fait mes premiers voyages aux US, la différence d’accent avec la Grande Bretagne a été pour moi difficile, mais je me suis adaptée et j’ai beaucoup travaillé. Mais à l’école de comédies musicale, quand il fallait improviser, écouter, ou lire une pièce de théâtre en deux jours, c’était vraiment dur, être française a été un handicap ! J’ai joué Shakespeare et, au début, je ne comprenais rien. Mais je me suis vite rendue compte que même mes classmates étaient en difficultés ! À la sortie de AMDA, j’ai pris un coach pour effacer mon accent français. Et aujourd’hui, les gens que je rencontre pour la première fois ne se doutent pas une seconde que je suis française, et jouer, penser et vivre en anglais est devenu naturel pour moi. C’est une vraie victoire !

Tes projets : rentrer en France ou rester à New York ?

Question difficile ! En France, mes proches attendent mon retour avec impatience. Mais je pense rester aux US… J’ai encore des tas de choses à faire ici ! Je suis en pleine démarche pour obtenir mon visa pour rester trois ans de plus. Je m’étais promis de le faire seulement si je pouvais me dire « oui, je peux trouver du travail ici, oui, j’ai mes chances ». Aujourd’hui, je continue d’auditionner et j’ai des call back de plus en plus nombreux. Cela m’encourage ! À New York, si vous avez du talent et, surtout, si vous travaillez comme un dingue, il y a une place pour vous.
Dans un futur idéal, je voudrais faire des allers-retours plus fréquents entre les USA et la France, peut-être trouver un agent dans chaque pays, organiser des workshop à Paris où je ferais venir mes profs de NY pour transmettre aux artistes français l’enseignement que j’ai reçu. Évidemment, j’ai envie de tenter la télé ou le cinéma aux USA aussi…
Et enfin je voudrais continuer à écrire de la musique et me produire sur les scènes live de NY. Pour moi, je ne suis plus la même artiste qu’il y a 5 ans, j’ai acquis une discipline, un savoir, une expérience hors du commun et je veux tenter ma chance des deux côtés de l’Atlantique.

Ton quartier préféré à New York ?

Upper West Side ! C’est difficile de ne pas aimer ce quartier très calme, résidentiel et riche ! C’est devenu mon quartier favori, j’y ai vécu pendant un an : les dortoirs de AMDA étaient entre 70th street et Broadway. Ce que j’aime, c’est qu’il y a, d’un côté, Central Park, et de l’autre côté, vous pouvez descendre les bords de l’Hudson et admirer le coucher de soleil. J’aime déambuler dans ce quartier, m’asseoir à une terrasse de café… Concernant les alentours de NY, je vous conseille de traverser le Hudson avec le bus (seulement 15 min depuis Time Square !) et de passer la journée ou la soirée à Hoboken. C’est là que j’habite aujourd’hui. Il y a tout ce dont vous avez besoin sans être dans la folie de Manhattan, restaurants, bars, parcs… La vue sur Manhattan est à tomber par terre ! Et l’architecture des maisons est tellement belle !

Qu’est-ce qui te plaît à NY, que tu ne trouves pas à Paris ?

L’énergie POSITIVE ! Cette énergie qui vous dit que tout est possible et que la vie est belle ! Ce sont des détails de la vie de tous les jours, des conversations anodines… Le conducteur du bus qui vous dit « Que Dieu vous bénisse ! », ou une personne qui vous complimente sur votre tenue dans la rue. Ce qui me plaît, c’est l’espace, l’ouverture, la perspective, que ce soit dans l’architecture ou dans l’état d’esprit des New-Yorkais.

Tes bonnes adresses à New York ?

  • La meilleure terrasse pour prendre un café, un repas léger ou un verre de vin : Arte Around the Corner, entre 73rd et Colombus Avenue, UWS. C’était mon repère quand j’étais à AMD car ils ont un wifi, des tables extérieures et de délicieux Caramel Latte ! Et le personnel est adorable. C’est grâce à lui que j’ai travaillé dans le resto d’à côté, l’Arte Cafe, que je conseille aussi : bonne carte, jolie terrasse devant et derrière le restaurant, et super brunch le week end.
  • Si vous restez sur Colombus, remontez plus haut, il y a le Cafe Blossom et le Spring Natural kitchen si vous aimez la cuisine bio / végétarienne.
  • Un endroit que j’aime, au cœur de la folie de Time Square : Dean & Deluca, en face de Port Authority. Excellents cafés, sushi, salades, tables extérieures et intérieures.
  • Aujourd’hui, je travaille au restaurant Il Bastardo, à Chelsea. Happy hour de 16h à 19h, venez me voir !
  • Pour les fringues, Urban Outfitters, Forever 21 et Old Navy sont mes préférés.
  • Pour faire ses courses : Trader Joe’s à West 72nd street, et Whole Food Market à Colombus Circle.
  • Une boîte de nuit avec une vue magnifique, Le Bain.
  • Pour de la musique live, mes deux endroits préférés : le Living Room (lower east side) et le Rockwood (même quartier).
  • Pour écouter du jazz, allez au Small et au Smoke.
  • Envie d’un cours de danse ? Direction Steps sur Broadway, ou le Broadway Dance Center.
  • Un cours de Yoga ? Rendez-vous le dimanche ou le jeudi soir chez Crunch, UPS 83rd street, au cours de Bethany Lions Murray. Son cours a changé ma vie !
  • Adresse culture, le Lincoln Center ! Allez voir un concert, un ballet… Si vous êtes étudiants, ils ont des prix très compétitifs. Profitez-en pour bouquiner à la Bibliothèque pour le Performing Arts, vous trouverez les partitions originales de la plupart des comédies musicales, une tonne de DVD ou de pièces de théâtre…
  • Pour finir, une idée escapade : prenez le Path Train sur la 34e et 5e avenue, direction Hoboken. Au terminal, demandez la direction des bords de rives, et faites une balade le long du Pier, où vous pourrez admirer la vue sur Manhattan. Puis rendez-vous sur Washington Street pour déjeuner en terrasse. Le top du top !

Et pour finir… tes bonnes adresses à Paris ?

  • Big Apple Yoga, pour retrouver l’énergie de NY en plein Paris !
  • Studio Harmonic pour les cours de danse.
  • La Bellevilloise, pour manger ou voir un concert (c’est là qu’on tournait la série Chante).
  • Rose Bakery pour grignoter
  • Le centre commercial So Ouest à Levallois Perret (92), ambiance américaine assurée.

Infos pratiques 
Uncle Tom vs. Uncle Sam, pièce écrite par Bless ji Jaja, avec Tiphanie Doucet. Représentations du 22 ou 31 août 2013 au théâtre Symphonyspace 2537 Broadway et 95th Street Manhattan, NY – Réservations : ici.          © Photo n°1 Yoav Levin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 1 =