10 erreurs à éviter si vous draguez une New-Yorkaise !

alexandre broutart Archives 1 Comment

Vous allez bientôt à New York, et via une appli, vous comptez bien rencontrer une New-Yorkaise qui vous tape dans l’oeil… Sûr qu’elle apprécie les Frenchies, vous tentez une approche. Attention, des french faux-pas pourraient faire tout capoter. Voici en effet 10 erreurs repérées dans The Cut, magazine du New York Mag assez porté sur la chose galante. Le magazine relate la foule de déceptions de 3 blogueuses, Sarah, Alyssa et Cole, qui ont toutes trois contacté des Français durant leur séjour dans la capitale de l’amour. Voilà donc tout ce qu’il vaudrait mieux éviter de faire avec une New-Yorkaise, lors de votre première « date »… Suivez le menu.

I- Les starters
Premiers échanges sur une application de rencontres

1. Calmez-vous sur les émoticônes

« Les Français ne plaisantent vraiment pas avec le flirt » s’est dit Sara, à qui Marcel venait d’envoyer ce message : « Bonjour Sara. Ca va bien ? [émoticône bouquet de fleur][émoticône smiley qui embrasse] » Aïe, ces émoticônes partout, ça ne la transporte pas vraiment : « À New York, on n’envoie ce genre de choses qu’après le mariage« , pense-t-elle aussitôt. Marcel envoie de plus belle : “Dispo aujourd’hui pour un verre? [émoticône verre de vin]” Il ne le sait pas, mais c’est mal parti.

2. Baudelaire, prends ta plume !

A New York, les apprentis amoureux essaient d’être percutants, innovants, même sur leur profil Tinder. On évite donc de faire comme Sébastien, copieusement moqué par Alyssa, qui s’est créé un petit slogan : « Le bonheur n’est vrai que lorsqu’il est partagé. » La bloggeuse, alors de passage à Paris, pense automatiquement : « Allez quoi, un petit effort, on ne publie pas des choses si évidentes ! »

3. Evitez les photos de votre mère

Si vous êtes d’origine Italienne ou « Italian-like », selon Alyssa, ce conseil est tout spécialement pour vous. D’après cette New-Yorkaise, cette tendre nostalgie du lait maternel n’a rien à faire sur votre profil Tinder.
homme au téléphone drague à new york
 

II-Main course : on prend un verre ?

4. Faîtes mentir le cliché du Français qui n’est plus au clair avec son compte de douches quotidiennes

Cole, une autre bloggeuse, passée au stade du verre dans la capitale française raconte :  » Je me suis parfois questionné sur l’hygiène des Français, avoue-t-elle au sujet de ses interlocuteurs, après avoir pourtant loué leurs qualités. « Je pensais intérieurement : S’il te plaît, ne sois pas un stéréotype ! » « Please, don’t be a stereotype! » Ah bon, on sent le camembert ?

5. Anticipez le lieu

Cole et Sara semblent s’accorder sur un point : donner un rendez-vous à quelqu’un au métro, sans savoir précisément où aller ensuite, n’est définitivement pas du goût des New-Yorkaises, « où l’on sonne le branle-bas de combat pendant des jours avant de trouver LE lieu idéal. » Pour Cole, si l’homme a ou non pensé à un endroit en particulier, comme le fait qu’il ait ou non réservé, en dit long sur sa personnalité : « Est-il excité à l’idée de me voir ou n’en a-t-il juste rien à foutre ? » Sara ajoute : « Tourner en rond pendant des heures à chercher un endroit, même si on sait qu’ils adorent marcher dans leur capitale, dénote d’un je-m’en-foutisme décourageant. » (lire notre article Où draguer à New York)
Rooftop-of-Standard-Hotel-NYC-e1466599622666

6.  Ce n’est pas une course, prenez le temps…

Pour Sara, les Français sont trop directs et ne savent pas prendre le temps de faire la cour selon les règles : « Here in Paris, love comes fast and furious ». Car si les Français rencontrés tiraient trop vite des smileys qui embrassent et des bouquets de fleurs, ils semblent aussi aller un peu vite en besogne : « Au deuxième rendez-vous ils t’invitent à venir dîner chez eux, en se disant sans doute que c’est correct, équitable même, vu la ballade de la dernière fois…«  « Skip courtship » (sauter l’étape de la séduction) n’est pas de son goût. Dans sa ville, « le rituel des dîners qui s’enchaînent est inévitable » et on ne sauterait pour rien au monde l’étape de « Est-ce que tu me plaît ? Je ne pourrais le dire« , avant de passer directement à l’étape de la vie en couple.
téléphone à new york love rendez-vous

7. Avoir décroché une « date » ne fait pas de vous un proche, ne soyez pas overconfident

Au moment de la discussion, le constat de Sara est sans appel : « Il se confie trop, n’a rien de très intéressant à dire et ne semble pas non plus très intéressé par ce que je peux avoir à lui dire. Ce qui donne vite à ses gestes trop entreprenants un statut de douche froide.« 

8. Ne parlez pas de la grandeur de la France pendant tout le rendez-vous, n’en faites pas trop

Après que Sébastien, qui lui a d’abord paru très gentil, lui a longuement conté à quel point les Français étaient doté d’une ouverture d’esprit hors-norme, et que la plupart de ses amis allaient surtout sur Tinder « pour rencontrer des gens uniques » et pas forcément des amantes, Alyssa et lui ont partagé la note, avant qu’elle ne cherche un lieu pour manger des frites, seule.  « Don’t Emphasize« , n’en faites pas trop.
new-york-flowers-couple-engage-free-gif

9. Soyez « French lover » mais pas trop

Avec Sara, Benjamin aurait-il un peu trop misé sur l’attente supposée des Américaines au sujet du romantisme échevelé des Français ? À la fin du premier rendez-vous, il l’emmène sur un pont au coucher de soleil. En l’enlaçant par la taille il lui dit : « J’aimerais que ce moment ne s’arrête jamais« . Nouvelle douche froide pour Sara, qui avoue « avoir dû mettre le holà assez rapidement. » Pourtant Sara se souvient de Jenny, une autre expat New-Yorkaise de 28 ans, qui voyait cela d’un autre œil : « Le Français est amoureux de l’idée même de l’amour. Cela ne semble pas du tout les intimider comme nous. »
date new york
 

III – Cerise « on pie », la cerise sur le gâteau

10. N’ayez pas peur de la Cour Suprême

La dixième chose à éviter de notre catalogue n’en est pas une, en fait, car il s’agit de ce qui a finalement plu aux Américaines de la part des frenchies (Ah ! Quand même !). Cole, citée par Sara, se réjouit d’une chose : « Aux U.S, il y a cette crainte permanente que si tu passes une nuit d’amour avec la personne le premier soir, tu sois rejetée ensuite. Ici, si tu apprécies quelqu’un, tu passes la nuit avec. Ils ne vont pas te prendre pour une nymphomane pour autant. » « They’re not going to slut-shame you. »
un couple s'embrasse à new york

couple au lit à new york
La Cour Suprême au réveil, bon courage.

À lire 
1. Les meilleurs endroits pour draguer à New York
2. Trois hôtels pour les amoureux à New York
3. Les 10 chansons new-yorkaises les plus romantiques  © photo elineya

Comments 1

  1. Pingback: Articles publiés chez Paris-NewYork TV (UMC group) – Alexandre Broutart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + douze =